Chercheurs

Akbaraly Tasnime

akbaraly

Chargée de recherche, Inserm

Contact : tasnime.akbaraly(at)inserm.fr

Téléphone : 04 67 14 36 86

Equipe 1 : Vieillissement cérébral et maladies neurodégénératives

Equipe 3 : Longévité et vitalité

Dayanithi Govindan

Daya

Directeur de recherche CNRS

Contact : gdaya(at)univ-montp2.fr

Equipe 1 : Vieillissement cérébral et maladies neurodégénératives

Desrumaux Catherine

silhouette f

Chargée de recherche Inserm

Contact : catherine.desrumaux-piazza(at)umontpellier.fr

Téléphone : 04 67 14 36 89

Equipe 2 - Groupe 2: "Impact Environmental sur la maladie d'Alzheimer et sur les maladies apparentées"

Givalois Laurent

givalois

Chargé de recherche CNRS

Contact : laurent.givalois(at)umontpellier.fr

Téléphone : 04 67 14 38 14

Equipe 2 - Groupe 2: "Impact Environmental sur la maladie d'Alzheimer et sur les maladies apparentées"

Collaborations:

 

Liste des Publications

 

PRÉSENTATION

 

Lievens Jean-Charles

jclievens

Chargé de recherche, CNRS

Contact: jean-charles.lievens(at)umontpellier.fr

Téléphone : 04 67 14 32 85

Equipe 4 : La maladie de Huntington : neurophysiopathologie de la drosophile à la souris

PRESENTATION

Après un doctorat en Neurosciences à Marseille, j’ai complété ma formation par un post-doctorat dans le groupe du Pr. Gillian P. Bates à Londres (2000-2002) pour participer à la caractérisation du premier modèle murin de la maladie de Huntington. J’ai alors initié un nouvel axe de recherche autour des interactions neurone-glie dans cette pathologie. De retour à l’Université de Marseille (IBDM 2002-2005 puis CRN2M 2006-2016), j’ai élaboré des modèles génétiques chez la drosophile afin de mieux appréhender les fonctions gliales affectées par la Huntingtine mutée. Mes travaux m’ont alors progressivement mené à étudier l’importance du métabolisme énergétique et plus particulièrement les mitochondries. En 2016, j’ai rejoint à Montpellier l’équipe du Dr. Florence Maschat (MMDN  U1198) avec comme double objectif :

1- Contrôle qualité des mitochondries dans les maladies neurodégénératives (thème 3)

2- P42 un peptide thérapeutique contre la maladie de Huntington (thème 2)

COLLABORATIONS

- Alexander Whitworth (MRC, Cambridge, UK)

- Magalie Lecourtois (IRIB, INSERM U1079, Université de Rouen)

LISTE DES PUBLICATIONS

Maschat Florence

maschat

Directrice de recherche, CNRS

Contact : florence.maschat(at)umontpellier.fr

Téléphone : 33 (0)4 67 14 42 70

Equipe 4 : La maladie de Huntington : neurophysiopathologie de la drosophile à la souris

Collaborations : 

  • Medesis pharma (Compagnie privée - Baillargues - France)
  • Pr Michel Vignes (IBMM, Université de Montpellier)
  • Pr Edwin Chan (Université de Hong Kong)

Curriculum-vitae

Liste des publications

Interview 2013

Présentation

La recherche poursuivie dans mon équipe comprend 2 axes.

L’un concerne l’étude de l’homéoprotéine Engrailed et a consisté à identifier les réseaux de régulation impliquant ce facteur de transcription, grâce à l’identification à l’échelle génomique des cibles directement régulées par Engrailed (expériences d’immunoprécipitation de la chromatine) et des cofacteurs d’Engrailed (expériences de double hybride chez la levure). Notre équipe s’est depuis quelques années focalisée sur l’implication d’Engrailed au cours de la neurogénèse, et sur l’identification des gènes régulés par Engrailed et son cofacteur (Goosberry-Neuro) afin de mieux comprendre le rôle d’Engrailed dans la construction de la corde neurale d’un embryon.

D’autre part, parmi les cibles directes d’Engrailed, nous avons identifié que la Huntingtine, dont l’homologue humain est impliqué dans la maladie de Huntington (une maladie rare neurodégénérative), est directement activée par Engrailed. Ceci nous a permis de développer un axe différent et d’identifier un peptide de 23aa P42 contenu dans la protéine Huntingtine qui présente des propriétés protectrices de cette maladie chez la drosophile mais aussi chez la souris. Outre l’obtention de brevets à l’international, P42 a obtenu récemment la désignation de médicament orphelin par l’agence européenne des médicaments (EMA). Nous envisageons de développer davantage cet axe afin de mieux comprendre le rôle physiologique de P42 et les mécanismes d’action de ce peptide, dans un but thérapeutique.

Maurice Tangui

maurice

Directeur de recherche, CNRS

Contact : tangui.maurice(at)umontpellier.fr

Téléphone : + 33/04 67 14 36 23

Equipe 2 - Groupe 2: "Neuroprotection endogène dans les maladies neurodégénératives"

Collaborations nationales

  • CNRS UMR 5088, Laboratoire d'Innovation Thérapeutique, Toulouse
  • CNRS UMR 7200, Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire du Contrôle de la Prolifération, Strasbourg
  • CNRS UMR 5253, Ecole Nationale Supérieure de Chimie, Montpellier
  • INRA UMR 866, Dynamique Musculaire et Métabolisme, Montpellier
  • INSERM U 1051, Institut des Neurosciences de Montpellier, Montpellier
  • INSERM U 1191, Institut de Génomique Fonctionnelle, Montpellier
  • Société d'Accélération de Transfert de Technologie AxLR, Montpellier

Collaborations internationales

  • Department of Histology, Faculty of Medical Sciences, Havana, Cuba
  • Institute of Chemical Biology, Ilia State University, Tbilisi, Georgia
  • Anavex Life Sciences, New York, USA

Présentation

Tangui a passé plus de 25 ans dans le domaine des neurosciences, y compris la neuropharmacologie comportementale et moléculaire, les récepteurs sigma, neuropeptides, neurostéroïdes, facteurs neurotrophiques, la toxicomanie, les modèles de vieillissement normal / pathologique, y compris la maladie d'Alzheimer et des affections connexes, et le phénotypage comportemental des modèles de rongeurs. Ses enregistrements de publication comprennent 125 articles scientifques, 210 communications lors de la conférences nationales ou internationales, 5 brevets et 35 conférences invitées.

Tangui est directeur de recherche CNRS depuis dix ans et a occupé des postes de recherche à l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) U336, U710, U1198 et au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) UMR5102 à Montpellier. Tangui est ingénieur chimiste de l'ENSCM, de formation. Il a obtenu un doctorat en biologie cellulaire et moléculaire avec une spécialité en neuropharmacologie de l'Université de Montpellier en 1990 et a passé deux ans en tant que post-doctorant à l'Institut Jouveinal recherche (Fresnes, France) et aux départements de neuropsychopharmacologie à l'hôpital de l'Université de Nagoya et de pharmacologie chimique à l'Université Meijo (Nagoya, Japon). Tangui a initié la création d'une société de CRO, Amylgen, qui a plusieurs collaborations avec l'industrie, par le biais de contrats réguliers ou comités consultatifs scientifiques. Il a reçu la médaille de bronze du CNRS.

Perrier Véronique

perrier v

Chargée de recherche CNRS

Contact : veronique.perrier(at)umontpellier.fr

Téléphone : 04 67 14 33 87

Equipe 2 - Groupe 2: "Impact Environmental sur la maladie d'Alzheimer et sur les maladies apparentées"

Curriculum-vitae

Collaborations récentes :

  • Pr Liu J., Huazhong University of Science and Technology, Wuhan, China.
  • Dr. Robitzer M., Institut Charles Gehrard, Laboratoire MACS, Montpellier.
  • Dr. Bougard D., Etablissement Français du Sang, Laboratoire Transdiag, Montpellier.
  • Dr. Prevostel C., Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier, Montpellier.

Présentation

Après l’obtention de ma thèse dans le domaine de la biochimie des protéines à l’Institut Pasteur de Paris (1997, Université Paris XI, Orsay), j’ai continué ma formation par un stage post-doctoral sur le concept novateur de "protéines infectieuses" à l’origine des maladies à prions. J’ai rejoint le laboratoire du Pr. S. Prusiner aux Etats-Unis (San Francisco, CA, 1997-2000), afin d’étudier des phénomènes de résistances aux prions via la caractérisation de polymorphismes dits "dominants négatifs" chez des souris transgéniques, ainsi que des approches de Drug Design et de criblages cellulaires. En 2000, un poste de Chargé de Recherche au CNRS m’a été attribué et j’ai rejoint le laboratoire du Pr. S. Lehmann (Institut de Génétique Humaine, Montpellier, 2001-2004). L’identification d’anticorps et de molécules comme les dendrimères ayant des propriétés "anti-prions" en cultures cellulaires, ainsi que le développement de vecteurs lentiviraux contenant des protéines prions "dominantes négatives" pour développer une approche par thérapie génique ont été les principaux travaux réalisés durant cette période. Depuis 2005, j’ai rejoint le laboratoire Inserm U710-devenu U1198- dirigé par le Dr. J.-M. Verdier. Ma thématique de recherche est axée sur l'étude des mécanismes moléculaires impliqués dans les maladies neurodégénératives. J'ai identifié une famille de composés thiényls pyrimidiques, qui induisent spécifiquement des oligomères de l’isoforme pathologique du prion, PrPSc. Ces composés ont des propriétés très intéressantes pour le diagnostic des prions et la déprionisation du sang (collaboration avec EFS Midi−Pyrénées). Par ailleurs, un des composés identifiés, est une molécule synthétisée par les plantes qui possède despropriétés herbicides puissantes de la famille des a−tertiophènes. Actuellement, ma thématique de recherche a évolué vers le rôle des pesticides dans les maladies neurodégénératives, en particulier prions et Alzheimer. 

Robine Jean-Marie

robine

Démographe, directeur de recherche Inserm et directeur d'études cumulant EPHE
Cermes3 et MMDN (U1198), chercheur associé à l'Ined (MSE)

Contact : jean-marie.robine(at)inserm.fr

Téléphone : 04 67 14 33 85

Equipe 3 : Longévité et vitalité

Presentation

Jean-Marie Robine est directeur de recherche à l’Inserm (Cermes3 et U1198), Directeur d’étude à l’EPHE et chercheur associé à l’Ined. Ses travaux portent sur les limites et les caractéristiques de la longévité humaine avec l’objectif de comprendre les relations entre la santé et la longévité. En particulier ses travaux les plus récents tendent à mesurer l’impact de l’augmentation de la durée de vie des adultes sur l’état de santé fonctionnelle des personnes âgées, nonagénaires et centenaires. Ses travaux les plus récents prennent en compte les changements climatiques.

Jean-Marie Robine dirige l’équipe Recherche biodémographique sur la longévité et la vitalité de l’UMR 1198 à Montpellier. Il est le co-directeur du Groupement de recherche multi-organismes Longévité et vieillissements (GDR CNRS 3662) qui fournit un portail vers les recherches sur le vieillissement en France (http://gdr.site.ined.fr).

Depuis sa création en 1989, il est le coordinateur du réseau international de recherche sur les espérances de santé (REVES) qui rassemble plus de 100 chercheurs à travers le monde (www.reves-network.org). Il a dirigé l’Action conjointe européenne sur les espérances de vie sans incapacité (JA-EHLEIS, 2011-2014) qui a fourni plusieurs analyses sur les espérances de vie sans incapacité dans l’Union européenne (www.eurohex.eu). Il fait partie de BRIDGE-Health (2015-2017) qui travaille à la mise en place d’un système d’information intégré sur la santé en Europe (www.bridge-health.eu). Il est aussi co-responsable pour le développement de la base de donnée internationale sur la longévité (IDL) en association avec le Max Planck Institute for Demographic Research (Rostock) et l’Ined (Paris). Il est le chef de projet du projet sur la longévité en santé financé par AXA Research Fund: the Five-Country Oldest Old Project (5-COOP).

Publications: http://www.researcherid.com/rid/F-5439-2011

Torrent I Mas Joan

Joan

Chargée de recherche Inserm

Contact : joan.torrent(at)inserm.fr

Téléphone : 04 67 14 33 87

Equipe 2 - Groupe 2: "Impact Environmental sur la maladie d'Alzheimer et sur les maladies apparentées"